Nous les garsâilles de dans l'temps

Article en patois guégonnais dérivé du gallo :
 

Nous  les  garsâilles  de  « dans  l'temps »

 

C'est  dur  à  crére …

 

 

Si on r'garde en arrère, nous les éfants des années 50 et côre plus ieûx d'avant, c'est dur à crère qu'on a paü s'en tirër si ben et  vive si longtimps !

 

Lorsque j'tins gosses, j'voyagins à pied ou sur les portes-bagages des bicyclettes de nos parints en étcharbelant des tchettes pour ne pas s'prindre les piëds dans les reyons ! L'étë ceux qu'avint  de la famille de Paris « les parigots » qui venint en vacances, avint la chance de faire tchoques tours en autos mais sans ceinture de sécurité ou de coussins gonflables « les airbags » pour nous protéger des chocs. Le Tonton Jules entasseut ses n'voux dans sa Juvaquatre Renault. Le Tonton Jean nous épateut avec sa traction naïre Citroën et la Tante Henriette nous distribueut des chuchettes au caramel au lait La Pie qui Chante (i tenint une épicerie à Paris). Certains de nos aînés ont voyagë en chérette à chwaux, sans garantie de n'pas vërsër en prenant les royeures, ils arriveut minme qu'une reue casseut et… « berdadaou » tout l'monde à bas !

 

Pour nous rachaler pas de chauffage central mais un feu d'bouès avec un bon tréfeu dans la ch'minée et j'nous ent'poussins pour avaïr une piace su les bancs d'foyër. Mais pas tchetion d'nous laissër à rien faire, la mère nous metteut l'méloueu dans les mains chatchun not' tour pour mélër la bouliette ou les paeux, ça faiseut « pouf, pouf » et quand ça sinteut ça teut tcheu. A c't'époque là pas de dessert mais j'tins bin benaïze de grettër la grette du fond du potin, hum ça teut tout comme bon !

 

On mangeut des beurrées, du pain tartinë avec du beurre-maison ou avec d'la « recëtte » (jus gras du pâtë). Pas d'purée Mousseline … mais des bonnes patates éboulées tcheutes des faïs sur le haout de la bouillotée des pourciaux, au moins ça aveut du gout ! Pas d'pizzas … mais des galettes de bië naï.  Pas de cheeseburger Mac Do … mais une bonne tranche de lard entre deux rouelles de pain naï. Une saucisse grillée sous la braïse teut un régal… et plus rare l'andouille  qui tcheuseut enfouie dans une poignée de faïn dans le potin naï … odeur inoubliable parmi tant d'autres senteurs de notre enfance ! Pas d'soupe instantanée moulinée , veloutée Maggi ou Knorr ou Liebig … mais d'la « mitonnée » ou d'la queulée (soupe de lait) ou du brisôt (pain naï trimpë avec du lit ribôt chaoud)  et surtout la traditionnelle « soupe douce » (pot-au-feu) du dimanche dont la marmitée bouilloteut toute la matinée au coin du feu et qui teut rachalée tous les jous de la semeune. Pas d'yaourt ou de Yop … mais des caillibotes,  du lait caillë dans des pots en grès au chaoud dins les bancs d' foyër. On beuveut du lait doux d'nos vaches ou ben du lait ribot tout frés sorti d'la ribotouëre ; dès tout gosse on aveut l'dreut au cidre … et on s'porteut ben … il faut dire que nous jeuions tenant dewors. On beuveut souvent à quatre ou cinq dins l'minme gobelet … et y'a jamais zeu de décès à cause de ça.

 

On beuveut de l'iau dans l'creux de nos mains directement dans la seillée tirée au puits ou ben dans les fonteunes ou les rusiaux … pas d'une bouteille d'iau soi disant minérale… horreur ! Pas de bouéssons trafiquées non plus comme lou Coca-Cola dont les jeunes raffolint astour, et si j'nous servins comme ieux d'une paille – mais un vrai brin d'paille et pas du plastique – ça teut pour sirotër le cidre doux dans l'tchuvet au piëd du pressoueu … rien d'tel quand t'es constipë ! mais fayeut pas n'abusër, sinon gare à la déripette ! Ah sia … y'aveut ben une bouteille d'iau su l'mantet d'la ch'minée : ça teut la bouteille d'iau benite. J'en connais minme qu'avint cassë la bouteille en chahutant, i s'tint dépéchës d'allër chërchër la minme dans les broussées oùce qu'on j'teut les godins, une bouteille de « couleur » (d'arôme Patrel vous connaissez ?) et ils avint mis de l'iau du puits dedins… vous chongez t'i que  lou grand-mère s'en teut avisé ? … pas herm … ol 'aveut rien veü et o' contineut à trimper son daïgt dedins en disant ses periëres avant d'se couchër !

 

 

On dormeut teurtous dins la minme piëce pour s'tenir chaoud. Dans not' lit d'coin, pas de matelas multispires anti-allergique … mais une couette de balle d'aveune.  Et pas de W.C., la neut on alleut s'soulager dans l'étchurie sur la litiëre au tchu des vaches…et fayeut cor faire attention qu'les poules qui tint perchées dans l'jou ne nous chiint pas sur la téte ! La journée on alleut poser tchulotte basse derriëre les bussons ou dans les ch'mins creux…et pas de papier super doux et parfumé pour s'torcher, une pognée d'herbe ou d'fougëre faiseut l'affaire … c'est sûr que ça laisseut des traces de pneu dans les fonciers d'tchulottes !

 

Quant à s'débarbouiller, point de gaspillage d'iau, la douche n'existeut pas, le matin une seule tchuvettée d'iau pour toute la maisonnée, chatchun son p'tit coup d'gant su l'nez … et de timps in timps une trouillée dins la lessiveuse.

 

On parteut d'la maison l'matin et on reveneut souvint quand le sourail tchuteut, à la breune de  neut. Imaginez donc ça… pas de téléphones portables… personne ne pouveut nous joindre de la journée sauf à nous appeleut en uchant. Tchelle liberté ! il s'en passeut des choses …

 

On s'fabriqueut des petites vouétures avec des vieilles pianches et des vielles reues d'poussette et on s'laisseut aller dans les côtes. On s'aperceveut qu'on aveut oublié de mettre des freins après être rintrës dans les bussons de ronces et d'orties plusieurs faïs … ça teut comme ça qu'on appreneut à solutionnër le problème !

 

On inventeut des jeux avec des bâtons, de vieilles reues d'vélo, des vieux pneus, des sacs à patates, des ovales (auges à cochon), des vieilles bouétes de conserve … mais contrairemint à ce qu'on nous diseut, rarement tchocun perdeut un œil ou teut infectë. On patouilleut pourtant dans les mares, on attrapeut les gueurnouilles dans les roueux d'iau et les goyons dans les rusiaux … mais à creure que l'iau ne teut pas polluée comme astour !

 

Ben sûr on joueut des jeux dangereux et on s'faiseut souvint ma, y'aveut des accidents, des coudes érafiës, des genueux égraffignës, des pieds touersus, et tchoquefaïs des os cassës. Et nos ainés se sont ben souvint arrachë la piau des ch'villes avec les lians en fer d'lous sabots en tortchulant dans les royeures … dame oui ! … pas d'chaussures montées sur amortisseurs, mais des sabots en bouès avec des maillettes dessous ou des galoches.  Et pas d'K Way non plus pour nous garantir de la pié … mais un sac à patates plië en deux en djise de capuchon su la téte !

 

Y'en a zeu des fonds t'chulottes étchéssës ! Notre mère aveut ben du souci avec sa marmaille … pourtant o' saveut s'faire craindre. On s'batteut entre nous, on aveut des bosses et des bieus, mais on appreneut à passer par-dessus. Y'en n'a pas iun qui se s'reut avisë d'rapporter aux parents … sinon gare !

 

Comment faiseut-on pour s'en tirër comme ça sans trop d'ma ? Pour sûr qu'y'aveut un Bon Dieu qui nous protégeut !

 

On a qua minme échappë aux « percings », vous veuillez c'que j'veux dire … ces boutches que les jeunes d'astour se mettint partout, dans les paupières, les trous d'nez, les oreilles, le balot, jusque dans le nombrin et vintié bin aillou ?… ça lou sert à tchi ?…  j'me demande ! Nous on n'connaisseut que les percings dans les nasiaux du tauret ou dans le gueuroin des pourciaux ! … et ça aveut son utilité … à moins que les boutches d'astour c'est vintié aussi pour rendre nos jeunes moins monvés ?

 

On n'aveut pas de télévision, pas de jeux video,  pas de walkman, pas de téléphones portables, pas d'ordinateurs, etc, etc…Mais on aveut nos amis et si on vouleut les voir, tout ce qu'on aveut à faire ça teut d' sortir dewors ou de se rindre chez ieux, de toquër à la porte et d'intrër pour pouvaïr lou caüsër. Imaginez donc ça … sans minme d'mandër la permission à nos parints ! Quand on teut adolescents on comminceut à avaïr le dreut de sorti le dimanche mais fayeut éte rentrës avant la neut … astour i n'sortint que quand i fait ben neut et i s'ramassint à la pitche du jou ! Le monde au renvé j'vous dis !

 

On nous laisseut raremint à rien faire … « vous qu'étes bin adlézis, allez donc faire ci, allez donc faire ça ! ». Dés tout jeunes on nous metteut au boulot, on aideut aux travaux de la maison et des champs : fenër, ramassër les patates, chöler les choux … etc … etc … mais y'aveut qua  minme de drôles de boulots : secouër les pieds d'choux pour faire du feu, balyër les prës ! … allez donc lou d'mandër ça astour, i nous creurint dev'nus fous ! L'hiver on en attrapeut des ondiés quand y'aveut de la gueurrouée !

 

Ieune de nos peurmiëres tâches teut de gardër les vaches en champ, et on aimeut ben ça car ça nous laisseut la libertë de jouër avec nos petits voeïsins … au risque de n'plus surveillër les bétes qu'en profitint pour foute le camp, surtout l'étë quand ol' mouchint, et rintrint avant nous à la maison … alors là j'te dis pas l'endjeulade qu'on preneut surtout si ol' avint fait des dégats dans les champs des voeïsins !

 

On a qua minme z'eu la chance d'allër à l'école apprinde à lire et à écrire. J'allins à l'école à piëd par les ch'mins creux et à través champs et prës, par tous les timps. Certains avint quatre ou cinq tchilomètres à s'tapër et, à la monvése saison, i teut déjà troube quand i revenint tout couellous et bouillonnous. Certains écoliërs n'etint pas aussi futës que les aütes, ils manquint lou zannée et devint repécër une aüte faïs la même classe. Avaïr son certificat représenteut un honneur pour la famille ! Une chose est sûre, pas besoin d'activités d'éveil … on s'éveilleut ben tout seul !

 

Nos actions étaient les nôtres. Nous en supportions les conséquences. Personne pour nous cacher. L'idée de se faire protéger par nos parents si nous commettions une infraction était impensable ! Nos parents étaient du coté de l'autorité … c'est t'i pas effrayant ? m'est avis que ça a ben changë astour ! La crainte des punitions nous reteneut ben souvent de faire des grosses bêtises … et pis y'aveut surtout la religion, les X commandements «tu honoreras ton père et ta mère, tu ne mentiras pas etc » …( j'seus sûre que vous vous en souvenez encore par tchoeur !)  … et les « péchés mortels » à aller avouer au tchurë dans le confessionnal avec la menace du diable et de l'enfer ! C'est sûr ça en freineut plus d'iun de prendre la monvaise pente ! Et pas tchetion de dire des gros mots …  sinon on preneut immédiatement une calotte ! Je m'souviens encore de ma grand-mère levant sa main menaçante «arrêtez bande de p'tits morvous ou ben j'vas vous fiarër ! »   

 

 

On n'a pas toujours eu une vie facile, faute de moyens, mais nos grands-parents avaient connu encore plus que nos parents la pauvreté et certains même la misère.  On nous a appris à travailler et à nous contenter de choses simples.  On nous a souvent répété qu'on n'a rien sans peine … ainsi on a mieux pris conscience de la valeur des choses et de l'argent.  On nous a enseigné les valeurs morales : le respect de nos parents et de nos aînés, la politesse, l'obéissance, l'honnêteté, l'entraide et la solidarité avec nos voisins dans les bons comme dans les mauvais moments. Se distraire, c'était avant tout se réunir souvent …  pour parler, écouter, raconter, chanter, boire … communiquer dans une ambiance de chaleur et de simplicité.

 

Même si on a connu quelques privations,

le plus important c'est qu'on a appris à vivre avec tout ça

et on garde tous au cœur la nostalgie de notre jeune temps.

 

 

Félicitations, si vous êtes un de ceux là !

 

 

                                                                          (Annick   -2005)

 

 

 

 

 



10/02/2006
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 114 autres membres



... ...

Vivre en Bretagne...
... ...

c'est le pied !





Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion