Une bonne vërdassée !

 

Une bonne vërdassée !

 

Ça teut le sam'di 28 feveriër 2004. Y'aveut longtimps que j'avins pas veü une couche de nëge comme ça dins l'peï. La nëge teut chaïte toute la mariënée du vindërdi et la métië de la netée. Ça aveut guerouë par-dessus, c'qui faiseut qu'o t'neut et not' petite route de campagne teut impraticable in vouéture.

 

Pour vous dire, mon bonhomme qui n'manqueut jamés la faïre à Josselin, ni le détour par le cafë  oyou c'qu'on jeut é chwaous, n'aveut pas paü allër … alors dame dins la vrêprée i comminceut à tournër in rond dins la méson. I m'dit « j'vas allër vidër la poubelle … ça va m'désennuyër … et pis ça va sorti la chiënne et la faire s'vidër ». I vêtit son palto, enfonçit sa castiette su la téte, chaoussit ses bottes, et les v 'là partis d'bon tchoeur, par-dessus la bantchette de la route olpe la côte du Cotchet, tout benaïzes de s'infoncër dins la nëge.

 

Les bouétes  à ordures s'trouvint à environ 200 mètres. Avant i tint pus prés d'cez nous mais i z'en ont supprimës pour les r'groupër aillou vu qu'les boueux n'arrêtint pas d'arrêtër … comme ça i s'arrêtint moins … et i s'arrêtint pus vite ! Pous nous y'a pas chouè, 150 m de pufôt, sauf que c'é vantié um p'tit pu risquë vu qu'les bacs sont piacës dins un virnant à métië cachë par des sapins. Y'a tchoquefaïs des imbeciles au volant qui prenint lou virage à toute pompe et qui mordint su lou gaouche ; iun d'cè jous j'pourrins ben nous r'terrouër visës dins les poubelles !

 

Mon bonhomme, après s'éte débarrassë d'sa pochonnée, s'en r'tournit olva la côte. V'là t'i pas qu'au lieu de reprinde la bantchette, i chongit qu'ça s'reut vintié pus aisë de marchër su la route … il entchettit par-dessus la nëge amouss'lée pour sueüde une royëre faite par une reue d'tracteur. Mal li z'en a prins … la nëge teut vërdiassée, i n'se donneut pas garde et d'acoup il a russë, les deux talons et les tchettes en avant-përmiëre, le tchu et l'dos après … et daou ! le darriëre de la téte en derniër. Le v'là déchomë et tout évaütë. Malgrë qu'i s'teut fait ben mâ, il aveut peü se r'chomër tout seul. Heureusemint car y'aveut pas un chat pour l'aïdër … rien qu'not'chiënne. Quand o s'teut détournée et qu'o l'aveut veü en train de crapahutër à quate pattes, tout couillon, o teut rëstée à le r'gardër en affinant des oreuilles et en arrêtant subitement d'couettër d'la tcheue, toute penaüde ielle aussi ! I  tint rev'nus d'lou prom'nade  la tcheue ente lés jambes.

 

En rarivant i m'dit « Et ben, y'en a iun qu'a prins une bonne vërdassée ! ». « Tchi ? » que j'li dis cor, loin d'chongër qu'ça teut li. « J'me seus fait mâ … ça m'a minme coupë l'souffiet su l'coup ».

Il aveut deü s'dépiacër des côtes mais i n'aveut pas voulu allër au r'boutou. Y'aveut pas grand'chose à faire pour des côtes … y'a d'gëre qu'à bandër … et atteinde que ça s'passe ! Il aveut ben du mâ à se r'tournër dins son lë, i s'accroyeut dins les bords du matelas pour se r'levër, le paüve … et falleut pas l'bitër !  Ça va mésë mais i s'en teut ressinti longtimps.

 

Moralité : Donnez-vous garde quand ça russe, chaüssez des brodetchins à crampons  ou étchipës de chingnes, ne marchez pas à grandes encalées … et pis laissez la poubelle pour quand i fait baou !

 

(Annick – février 2006)



01/03/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres



... ...

Vivre en Bretagne...
... ...

c'est le pied !





Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion